CitéSource est une jeune entreprise innovante. Elle a pour ambition de contribuer à la recherche et l’innovation pour le développement de l’économie circulaire dans l’aménagement et la construction.

Alors qu’elles sont souvent considérées comme cause majeure des changements climatiques et de l’épuisement des ressources, les villes sont également des mines de ressources matérielles et énergétiques. L’expertise de CitéSource permet de révéler ces gisements urbains afin de contribuer à des stratégies d’économie circulaire territorialisées.

Citésource travaille pour contribuer à la recherche et l’innovation pour l’économie circulaire dans le domaine de l’urbanisme et de construction.
Considérées comme cause majeure aux changements climatiques et à l’épuisement des ressources, les villes consomment plus des trois quarts de matières et d’énergies et produisent plus de 60 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.
Notre travail se repose sur l’idée que les villes sont également les mines des ressources qui sont généralement désignées sous le terme de « déchets », mais qu’elles servent aussi d’immense source de matériaux réutilisables.

Nos Réseaux scientifiques et techniques

Participation au comité de gestion et au groupe de travail sur les ressources anthropiques issues de la construction, réhabilitation et démolition.

Fondation Bâtiment Energie 

du CSTB, avec BRGM, Nobatek, Artelia : Participation au projet de recherche Elaboration de critères et indicateurs pour le développement de bases scientifiques à la caractérisation de l’économie circulaire dans le secteur du bâtiment.

Plan Bâtiment Durable

Intégré dans le Groupe de travail « les bâtiments responsables dans des territoires décarbonés à l’horizon 2050 » du Plan Bâtiment Durable, contribution au futur labels du Bâtiment Responsable qui prendra en compte les enjeux d’économie circulaire.

Thèmes de recherche et développement

Analyse des flux de matières (sur tous flux en grande catégorie)

Contexte scientifique : la quantification des flux de matières mobilisés par une ville et une région et leurs impacts environnementaux fait l’objet de travaux de recherche soutenus depuis la fin des années 1990 qui ont donné lieu au développement de méthodes généralement dénommées « Analyse des flux de matières » (en anglais Material Flow Analysis (MFA)). Il s’agit aujourd’hui d’un objet de recherche scientifique au sein de la communauté de l’écologie industrielle et territoriale.
En France, des travaux de recherche scientifique dans ce domaine ont été dirigés par Sabine Barles (professeur au laboratoire Géographie-Cités de l’Université Paris 1) dans le cadre des projets « CONFLUENT » financés par l’Agence nationale de la recherche (programme « Ville Durable » lancé en 2008-09) et « Empreintes environnementales urbaines » du PIRVE financé par le CNRS.
Puis, en 2014, un effort de diffusion de cette méthode a été soutenu par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Ce dernier a publié un guide sur la comptabilité des flux adaptée à l’échelle régionale, ouvrage rédigé par Pascale Repellin, Benoît Duret et Sabine Barles. Ce guide s’appuie sur des études scientifiques menées par les auteurs sur les cas de Paris, de l’Île-de-France, de la Bourgogne et de Midi-Pyrénées.
Connaissance acquise par les travaux de recherche précédents : Le projet de Confluent a visé à améliorer la connaissance des flux de matières et questionner la gouvernance des flux à l’échelle locale, c’est-à-dire accroître la connaissance de flux de matières et déchets et développer des démarches locales d’écologie industrielle et territoriale. La connaissance scientifique développée nous a permis d’identifier des enjeux liés au métabolisme urbain et territorial.

Contribution de CitéSource : CitéSource souhaite contribuer à la diffusion de la méthode d’analyse des flux de matières à l’échelle territoriale développée par l’Eurostat et le CGDD (2014) et à l’adaptation de la méthode au contexte spécifique de la ville et du territoire. La méthode de comptabilité de flux de matières Eurostat-CGDD atteint aujourd’hui sa maturité, ce qui permet de bénéficier d’un cadre d’analyse stable. Cependant, l’utilisation de cette méthode nécessite l’obtention des données statistiques spatialisées afin de déterminer les flux d’importations et d’exportations ainsi que les émissions vers la nature, données dont la disponibilité et la qualité ne sont pas toujours suffisantes, ce qui engendre une incertitude.

Analyse des flux et des stocks de matériaux de construction

Partenaire académique Réseau COST MINEA 
Partenaire d’entreprises : NeoEco Développement
Enjeux des matériaux de construction secondaires : les matériaux de construction constituent les premières matières consommées par la ville après l’eau. Les stocks de matériaux de construction forment la plus grande partie des matières accumulées par la société humaine (Krausmann et al., 2017). Le développement et le renouvellement des villes impliquent une importante extraction de ressources naturelles en grande partie non renouvelables et parfois en situation de raréfaction.
En France, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) est publiée en 2015. La volonté de développer les politiques d’économie circulaire dans le domaine de la construction et de l’aménagement est soutenue depuis 2018 avec la publication d’une feuille de route d’économie circulaire réalisée par le Ministère de la transition écologique et solidaire puis par la loi anti gaspillage approuvée à l’Assemblée nationale en 2019. Elle s’engage notamment sur d’ambitieux objectifs liés au traitement des déchets de chantiers et la consommation de matériaux de construction : 1) le découplage progressif entre la croissance économique et la consommation de matières premières, 2) le recyclage de 55% des déchets non dangereux en 2020 et 65% en 2025, 3) la valorisation de 70% des déchets du bâtiment et des travaux publics à l’horizon 2020 et 5) la réduction de 50% à l’horizon 2025 des quantités de déchets mis en décharge.
Contribution de CitéSource : CitéSource travaille pour contribuer au
  • Développement de la méthode d’estimation des stocks et des flux de matériaux de construction (méthode ascendante). Il s’agit de l’adaptation des méthodes développées par Augiseau 2017 et Augiseau 2018 à l’échelle d’opérations et de chantiers visant à améliorer la connaissance sur les flux et les stocks de matériaux de construction pour une meilleure valorisation
  • Croisement des méthodes descendantes et ascendantes pour une meilleur connaissance des flux afin notamment de caractériser plus finement les différents flux et d’éviter l’effet de boite noire de l’approche descendante de l’étude de flux de matières (tous flux)
  • Analyse des flux dynamiques pour l’étude de scénarios prospectifs pour aide à la décision

Analyse multicritères et outil d’évaluation et d’aide à la décision des ressources secondaires

Enjeux : les ressources secondaires de construction pourraient fournir des plus-values utiles pour les acteurs locaux et les maitres d’ouvrage sans générer le coût global par la fourniture de matières premières secondaires pouvant être remises dans les activités économiques.
Les différentes parties prenantes (collectivité, maitre d’ouvrage et l’industrie) ont besoin d’une compréhension commune et globale pour évaluer la disponibilité des ressources provenant de sources naturelles et anthropiques à l’échelle du projet.
En particulier, afin d’assurer un approvisionnement durable en ressources, il est nécessaire d’évaluer la disponibilité future des matières premières et les gisements des matières secondaires locales mobilisables et leur coût économique et environnemental.
CitéSource travaille pour concevoir l’outil pour définir des critères spécifiques et quantifiables permettant de classer les différents types de ressources secondaires afin de permettre des comparaisons selon critères économiques, sociaux et environnementaux entre les gisements de ressources naturelles et secondaires.

©2018-2020 CitéSource – Conception : François Le Dall